Blog

#06 La romance dans les romans de l’imaginaire

Nul n’ignore quel jour nous sommes n’est-ce pas ? Pour ma part, je passe totalement au travers puisque ce week-end est consacré aux dernières corrections avant envoi en maquettage ET que de toute façon, mon date depuis plusieurs années, c’est ma chienne.

Du coup, comme c’est d’actualité, on va aborder le sujet des romances dans l’imaginaire.

Moi qui suis très peu romance, c’est un sujet sensible dans mes lectures.

Je ne suis pas anti-romance. Quand elle est bien amenée, quand elle est pertinente et qu’elle reste à sa place au sein du récit, j’apprécie même de pouvoir suivre les sentiments qui peuvent lier les personnages.

Mais lorsqu’elle prend trop de place et que le roman n’est pas estampillé « ROMANCE » Fantastique/Fantasy/SF ou autre (rayez la mention inutile), je ne m’attends donc pas à ce qu’on ai de looongues scènes qui débordent de sentiments. Et c’est là où moi qui ne suis vraiment pas portée sur les relations de couple dans un roman imaginaire, je suis déçue.

Quand j’ouvre un roman SFFF, je m’attends à voyager, à découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles civilisations, des systèmes de magie, de l’aventure. Et si tout ça ne sert que de décors pour l’implantation d’une nouvelle romance entre un homme torturé et une jeune femme innocente, je me sens flouée. Surtout quand ce n’est pas clairement annoncé dans le marketing.

Je comprends, que la romance plaise, que ça attire un large public et que ça puisse toucher certaines personnes qui ne liraient habituellement pas d’imaginaire. Mais vous tenez là une des grandes raisons pour lesquelles je ne lis JAMAIS de romans de vampires ou de loups-garous : c’est toujours couplé à une romance ! Et très souvent, assez mal amenée avec un coup de foudre au premier regard sur les abdos du bellâtre qui occupe 80% de la couverture.

Je m’emporte un peu, mais je me fais encore trop souvent avoir par des romans vendus comme une belle aventure imaginaire et qui en fait, est clairement une romance dont on a changé le cadre. Et vous, quel est votre avis sur la question ?

Et si dans Gemmae la romance ne fait pas partie du marketing, c’est parce qu’il n’y en a tout simplement pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *